Coaching en rééquilibrage alimentaire
Coaching en rééquilibrage alimentaire
Eat well, be Fit !
Eat well, be Fit !

Buddha Bar Hotel : le Burger Bar du dimanche, je dis oui...

Au Buddha Bar Hotel, il y avait déjà un must try, avec le Brunch du dimanche. Depuis peu il y a aussi le Burger Bar tous les dimanches de midi à 16h au Lounge Bar le Quatre...

J'ai testé le "burger végétarien" façon fallafel, un steak végétarien fait maison façon fallafel (un croustillant hmmm !), avec guacamole épicé, pickles de légumes et fromage blanc aux herbes fraîches. Bon d'accord, j'ai commandé aussi les frites... A tester absolument !

Réservation : 01 83 96 88 70

Comptez 25 € pour le burger végétarien + 14 € si vous ajoutez le buffet "douceurs".

Améliorer ses performances grâce au Bol d'Air Jacquier !

Ce n'est pas le manque d'oxygène dans l'air qui provoque l'hypoxie (diminution de la quantité d’oxygène apportée aux cellules) mais son assimilation insuffisante, causée par les pollutions, le stress, le vieillissement qui diminue l'efficacité de la respiration.

D'une façon générale, le manque d'oxygène cellulaire est le point de départ d'un cercle vicieux. La sous-oxygénation déclenche dans un premier temps une baisse rapide de l'oxygène disponible au niveau tissulaire. Dans un deuxième temps, un métabolisme anaérobie (sans oxygène) se met en place, entraînant l'apparition de métabolites (produits de transformation des nutriments) incomplètement oxydés et de catabolites acides (déchets). L'accumulation de ces derniers engendre une véritable intoxication locale (crampes musculaires et courbatures) et générale (asthénie neuropsychique et épuisement physique, pouvant provoquer des lésions tissulaires et des troubles nerveux). Le ralentissement général du métabolisme amène, à son tour, une perte d'énergie qui diminue la capacité de l'organisme tout entier à utiliser correctement un oxygène pourtant disponible au niveau pulmonaire ou sanguin.

Il est donc primordial de faire en sorte que l'organisme n'entre pas en déficit d'oxygène et, si tel est le cas, de favoriser la relance du métabolisme oxygénant, tout cela sans provoquer la création de radicaux libres.

Les radicaux libres constituent la partie hautement réactive et instable de certaines molécules. Ils occasionnent des “réactions oxydatives” qui peuvent aboutir à la dégradation des lipides, du collagène, de l'élastine et d'un certain nombre d'autres substances intervenant dans les phénomènes du vieillissement.

Le simple fait de respirer, de s’alimenter, de s’activer, de produire de l’énergie et des calories indispensables à la vie, génère tout naturellement 5 à 10% de ces radicaux libres. Dans une certaine mesure, ils sont indispensables à la vie, et au-delà, ils deviennent dangereux.

Fort heureusement, les cellules sont dotées d’un système de défense et de nettoyage qui détruit ces radicaux libres produits en excès, jusqu’à une certaine limite. Avec l’âge, ce nettoyage devient moins performant. Il en résulte une accumulation de radicaux libres, un processus d’oxydation des cellules et des dégâts qui perturbent le fonctionnement normal et le pouvoir de division et de renouvellement cellulaire. La dégradation l’emporte sur la réparation et le renouvellement.

Dans un fonctionnement idéal, la formation des radicaux libres et les défenses antioxydantes de la cellule se trouvent en équilibre. Mais cet équilibre est fragile et bascule facilement en faveur d’un excès de radicaux libres : c’est le stress oxydatif. Les entorses à l'hygiène de vie (abandon ou manque d’exercices physiques, excès de consommation d’alcool et de tabac) et les dérèglements alimentaires ne pardonnent pas, la pollution non plus.

 

Le Bol d'air® permet de transformer les parties volatiles d'un extrait de résine de pin, Orésine®, en porteurs d'oxygène.

Son utilisation régulière favorise une oxygénation équilibrée et permet de préserver un bon état de santé globale.

Dans quels cas faire une cure de Bol d’air® ?

  • Pour limiter l’impact des pollutions environnementales
  • Pour récupérer en cas de fatigue chronique et de stress
  • Pour préserver ses capacités intellectuelles, physiques et sensorielles
  • Lorsque les défenses naturelles sont affaiblies (allergies, ...)
  • En prévention du vieillissement
  • Pour accompagner la perte de poids
  • Pour la préparation,
la récupération physique et psychique des sportifs
  • Pour les adolescents
au moment des examens
  • Pour optimiser d’autres soins
  • En prévention tout au long de l’année

Le composé terpénique spécial Bol d’air® : Orésine®

Véritable principe actif de la méthode Bol d'air®, ce concentré est issu de l'hydrodistillat de la résine de pin des landes Pinus Pinaster. Le liquide terpénique obtenu est une huile essentielle de térébenthine chémotypée d’une qualité particulière et ne saurait être confondu avec un produit industriel. Il possède des spécificités chimiques dues aussi bien à l'espèce d'arbre choisie, qu'à son lieu de croissance et aux procédés d’extractions utilisés. Sa résine est récoltée dans le respect de l'arbre et de sa pérennité.

Il est préférable de ne pas utiliser
le Bol d’air® chez les femmes enceintes et allaitantes ni chez les enfants
de moins de 36 mois.

 

Où pratiquer ?

  • Séance “Découverte” gratuite
  • Séance à l’unité : 6
  • Forfait 10 jours : 40
  • Forfait 20 jours : 70
  • Les appareils Bol d'air® sont aussi disponibles à la vente et en service locationséances de Bol d’air® ?

A domicile

Dans les boutiques HOLISTE :


> Paris : 29 boulevard Henri IV 75004

> Lyon : 13 rue Dumenge 69004

> Metz : 32 rue de Verdun 57160 Châtel St Germain

Et dans près de 500 centres
“Bol d’air” en France et en Europe

Surpoids des enfants : acquis plutôt qu'inné

Une recherche de la City University London et de la London School of Economics pourrait avoir des conséquences importantes sur la politique de santé publique

 

 

Selon une nouvelle recherche de la City University London et de la London School of Economics (LSE), le mode de vie des parents, et non leurs gênes, est le premier responsable du surpoids de leurs enfants.

Cette recherche pourrait avoir des conséquences importantes sur la politique de santé publique, qui inciterait et aiderait les parents à adopter un mode de vie sain qui est devenu aujourd’hui une nécessité. Une meilleure reconnaissance des facteurs culturels dans la transmission de l'obésité permettrait également de mieux combattre le surpoids des enfants, de plus en plus répandu.

Une équipe de chercheurs a comparé le surpoids d'enfants biologiques et d’enfants adoptés avec celui de leurs parents, pour déterminer si les enfants héritent génétiquement de ce problème ou si celui-ci résulte de l'environnement dans lequel ils grandissent. Les chercheurs ont constaté que lorsque les deux parents adoptifs présentent une surcharge pondérale, la probabilité que l'enfant soit lui aussi en surpoids peut être jusqu'à 21 % supérieure à celle d'un enfant dont les parents adoptifs ont un poids normal.

En comparaison, les enfants dont les deux parents biologiques présentent une surcharge pondérale ont une probabilité de surpoids de 27 % : cette différence de seulement six points par rapport aux enfants adoptés montre l'influence relativement faible de la génétique.

Au sujet de cette recherche, Mireia Jofre-Bonet, professeur d'économie à la City University London, précise : « Notre recherche montre qu'il est possible d'agir contre les problèmes de poids des enfants, ce qui est une bonne nouvelle. Si les initiatives ciblant directement les écoles et les enfants sont louables, nos résultats suggèrent qu'il faudrait surtout aider les parents à adopter un mode de vie plus sain et à être de meilleurs exemples pour leurs enfants en matière d'alimentation saine et d'exercice physique. »

Les chercheurs ont également consulté les données des enquêtes Health Survey for England (HSE, enquêtes de santé en Angleterre) relatives aux enfants de 1997 à 2009. Ces enquêtes annuelles sont conçues pour évaluer la santé et les comportements relatifs à la santé : les chercheurs ont constaté que les conséquences sur le poids des enfants ayant un seul parent en surpoids sont moins évidentes. Ils n'ont détecté aucune conséquence parmi les enfants adoptés lorsque seule la mère présente une surcharge pondérale. Ils ont cependant constaté un léger impact lorsque seul le père est en surpoids ou obèse.

Le Dr Joan Costa-i-Font, professeur associé d'économie politique à la LSE, déclare : « Cela s'explique peut-être par le fait que les femmes se chargent encore souvent de la cuisine à la maison et qu'elles peuvent avoir tendance à nourrir excessivement leurs enfants et leurs partenaires. Toute politique conçue pour influencer l'hygiène de vie des parents devra adopter une approche holistique et cibler à la fois le père et la mère pour être efficace. »

La recherche révèle également que le surpoids extrême (l'obésité morbide) dépend plus largement de facteurs génétiques que du mode de vie, contrairement au simple surpoids.

La transmission du surpoids ou de l'obésité des parents aux enfants en raison du mode de vie ne semble pas dépendre du fait que la mère travaille à temps plein ou non.

Dans leur analyse, les chercheurs ont tenu compte d'un certain nombre de facteurs, notamment l'âge et le niveau d'éducation des parents, ainsi que l'âge et le sexe des enfants. Ils ont également pris en compte des caractéristiques éventuellement propres aux enfants adoptés, qui pourraient les rendre plus ou moins susceptibles de souffrir de surpoids ou d'obésité que les enfants biologiques.

Le bio poursuit son développement et accroît son rayonnement auprès des Français

Le tour de taille directement lié à l'espérance de vie

Une étude révèle que si vous maintenez votre tour de taille inférieur à la moitié de votre taille vous pourrez considérablement améliorer votre espérance de vie

 

Des universitaires pressent les législateurs d'adopter ce message simple après avoir découvert que le ratio tour de taille-taille (waist-to-height ratio ou WHtR) est un indicateur plus précis du risque de mortalité que l'indice de masse corporelle (IMC).

Les chercheurs de la Cass Business School et d'Ashwell Associates demandent que cette mesure - tour de taille divisé par la hauteur – remplace l'IMC dans les dépistages primaires de santé publique.

Cette demande est apparue après que les auteurs ont comparé l'impact de l'obésité abdominale (mesurée par le WHtR) et de l'obésité globale (mesurée par l'IMC) sur l'espérance de vie.

En analysant des données britanniques couvrant plus de 20 ans concernant des femmes et des hommes non fumeurs, ils ont découvert que le lien entre le WHtR et le taux de mortalité est bien plus étroit que celui existant entre l'IMC et le taux de mortalité.  Dans la première étude* de ce type, les auteurs ont quantifié le nombre d'années de vie perdues en raison de l'obésité mesurée grâce au WHtR.

Ils citent l'exemple des acteurs Arnold Schwarzenegger et Danny De Vito.  Ces deux acteurs ont un IMC de 34. Si l'IMC est utilisé comme mesure de l'obésité, un IMC de 34 signifierait que les deux acteurs pourraient perdre 3,6 années de vie.

Cependant, les chercheurs suggèrent d'utiliser plutôt le WHtR. En utilisant cette mesure de l'obésité, ils estiment qu'Arnold Schwarzenegger, ayant un niveau de WHtR optimal de 0,48, ne risque pas de perdre d'années de vie, tandis que Danny De Vito, avec un WHtR de 0,71, pourrait perdre 5,8 années de vie.  Cette différence s'explique par le fait qu'Arnold Schwarzenegger a un IMC élevé en raison de sa musculature, alors que Danny De Vito a le même IMC, mais cette fois dû à sa masse graisseuse.

Le Dr Margret Ashwell, coauteur de l'étude, explique qu'un homme moyen de 30 ans mesurant 1,78 mètre devrait avoir un tour de taille de 89 centimètres au maximum. Ces chiffres le placeraient dans la catégorie des personnes saines. Si son tour de taille augmentait pour atteindre 107 centimètres ou 60 % de sa taille, il risquerait de perdre 1,7 année de vie, et s'il atteignait 142 centimètres, il pourrait mourir 20,2 années plus tôt. Une femme moyenne de 30 ans mesurant 1,62 mètre risque de mourir 1,4 an plus tôt si elle laisse son tour de taille augmenter de la moitié de sa taille, soit 81 centimètres, pour atteindre 60 % de sa hauteur, soit 97 centimètres. Si son tour de taille atteignait 129 centimètres, elle pourrait mourir 10,6 années plus tôt.

Dans une nouvelle étude non publiée, les auteurs étudient l'influence qu'auraient des augmentations plus importantes de l'IMC et du WHtR sur l'espérance de vie.  Ils observent l'impact d'augmentations de 5, 10 et 15 % de l'IMC et du WHtR pour des femmes et des hommes moyens âgés de 30, 50 et 70 ans.  Cette étude révèle qu'une augmentation de 15 % du WHtR pour un homme moyen de 50 ans implique une perte de 2,0 années de vie supplémentaires, tandis que pour une femme de 50 ans, cela engendre une diminution supplémentaire de l'espérance de vie de 1,1 année.

Le professeur Les Mayhew de la Cass Business School déclare que les tout derniers résultats ont souligné la nécessité de revoir la manière dont l'obésité est mesurée.

« Il est désormais clairement prouvé que la politique gouvernementale devrait mettre davantage l'accent sur le WHtR comme outil de dépistage, explique-t-il.  Les politiques britanniques actuelles ont tendance à se limiter à l'IMC et, dans une moindre mesure, au tour de taille.  Le fait de se focaliser sur le WHtR, qui est globalement plus utile que le tour de taille, permettra d'identifier les personnes souffrant d'obésité abdominale et de s'assurer que les ressources sont concentrées sur les individus les plus à risque. »

Le professeur Ben Rickayzen de la Cass Business School ajoute :  « L'utilisation du WHtR dans les tests de dépistage de santé publique, associée à une action appropriée, pourrait aider à gagner des années de vie. Si les professionnels de la santé incluaient cette simple mesure dans leurs procédures de dépistage, de nombreuses années de vie productives pourraient être sauvées. »

Dr Margaret Ashwell OBE (ordre de l'Empire britannique), Présidente d'Ashwell Associates et universitaire invitée à l'université Oxford Brookes déclare :  « L'IMC mesure la graisse et le muscle, il est donc élevé chez les personnes musclées et ne peut fournir aucune information concernant la masse graisseuse.  En revanche, le WHtR est un meilleur indicateur pour la graisse abdominale, qui engendre des risques plus importants pour la santé que la graisse stockée dans d'autres parties du corps.  La valeur limite de 0,5 a été proposée pour les individus appartenant à tous les groupes ethniques et vivant dans tous les pays. Cette valeur limite est également applicable aux enfants. Cette étude récente sur la perte d'espérance de vie (Years of Life Lost, YLL) promeut la valeur limite de 0,5 et ainsi un message général extrêmement simple : "Maintenez votre tour de taille inférieur à la moitié de votre taille". »

Pomme et régime : Les polyphénols de la pomme ont des effets « anti-obésité »

La pomme est LE fruit phare des régimes : il permet de contrôler son poids grâce à son faible apport calorique et sa richesse en fibres et en eau, mais pas seulement... Ses polyphénols, en nombre, ont également des "effets anti-obésité".

 

 

Une étude réalisée par des chercheurs espagnols[1] en 2013 explique les effets bénéfiques « anti-obésité » de la pomme. Les conclusions mettent en évidence ce mécanisme chez l'animal : les polyphénols de pomme protègent contre la prise de poids et les dépôts de graisse, et ils améliorent la tolérance au glucose.


Dans une précédente étude, ces chercheurs avaient déjà montré que la supplémentation en polyphénols de pomme empêchait l’augmentation de l’adiposité chez le rat par inhibition de l’hypertrophie des adipocytes, les cellules stockant les graisses. D’après leurs derniers résultats, les auteurs pensent que ces effets passent par la régulation de gènes impliqués dans l’adipogénèse, la lipolyse et l’oxydation des acides gras.


A noter : les glucides de la pomme, essentiellement représentés par le fructose qui a un index glycémique bas, font d’elle un aliment peu calorique : 70 à 90 Kcal selon sa grosseur. Et sa richesse en eau et en fibres lui confère également une action sur les graisses et les sucres : ralentissement de l’assimilation des graisses et diminution de l’absorption du glucose.


Si on y ajoute son action diurétique et son effet coupe-faim, la pomme est vraiment le fruit idéal pour aider à contrôler son poids.

 

 

L’Association Nationale Pommes Poires (ANPP) est l’association française des organisations de producteurs de pommes et poires, reconnue AOP par les pouvoirs publics en août 2009.

Elle regroupe environ 170 adhérents représentant 1500 producteurs au travers d’organisations de producteurs, de producteurs indépendants, d’expéditeurs, mais aussi de bureaux centralisateurs et de centres d’expérimentation.

Elle valorise le savoir-faire de ses adhérents engagés dans la Charte Qualité des Pomiculteurs de France dont la production est identifiée par le label Vergers Ecoresponsables.

Elle représente : 900.000 tonnes de pommes et 35.000 tonnes de poires.



[1] Prevention of diet-induced obesity by apple polyphenols in Wistar rats through regulation of adipocyte gene expression and DNA methylation patterns. Mol Nutr Food Res 2013 ; 57 : 1473-8.

Polémique sur les statines : Le Pr EVEN et le Dr DE LORGERIL s'adressent aux médecins

 
LaNutrition.fr publie en exclusivité les réactions circonstanciées du Pr Philippe Even (université Paris-Descartes) et du Dr Michel de Lorgeril (CNRS et faculté de médecine de Grenoble) à l’article de médecins français assurant que l’arrêt des statines (médicaments anticholestérol) par leurs patients entraînerait en un an 4992 accidents cardiovasculaires majeurs dont 1159 décès.
 
Cet article alarmiste, très largement médiatisé, a suscité un émoi compréhensible chez les patients et leurs médecins. C’est à ces derniers que les Dr Even et de Lorgeril s’adressent en priorité.
 
Le Pr Philippe Even explique que cet article est fondé sur une quadruple méprise : une erreur qui, pérennisée depuis 50 ans, a pris la dimension d’un dogme, le mythe des dangers du cholestérol ; une illusion, l’efficacité des statines ; une micro-enquête bâclée et une extrapolation statistique illicite.


Le Dr Michel de Lorgeril, sur la base des essais ayant testé les deux statines les plus prescrites en France, montre dans une Lettre ouverte aux médecins, que l’arrêt de ces traitements n’aura pas de conséquences pour les patients.



Tous deux pointent les multiples conflits d’intérêt qui entachent l’étude.

  • Le Pr Even est l'auteur de "La vérité sur le cholestérol" (Le Cherche-Midi)
  • Le Dr Michel de Lorgeril est l'auteur de "Cholestérol, mensonges et propagande" et "Prévenir l'infarctus" (Thierry Souccar Editions)
  • LaNutition.fr (500 000 visiteurs mensuels), est le premier site indépendant d'information sur l'alimentation et la santé.

Nouveauté bien-être & High Tech : Les bienfaits de la luminothérapie dans une paire de lunettes !

Développée par des chercheurs spécialistes du sommeil et adoptée par plus de 12000 utilisateurs en Belgique, la Luminette est la solution de lumonothérapie pratique et efficace pour traiter troubles du sommeil, « dépression saisonnière », jet lag, stress…

La luminothérapie, c’est quoi ?

Indispensable à notre santé et notre bien-être, premier régulateur de notre horloge interne, la lumière arrête la sécrétion de mélatonine, aussi appelée « hormone du sommeil », ce qui facilite le réveil matinal, procure de l’énergie et assure une meilleure vigilance tout au long de la journée.

La luminothérapie, traitement médical prouvé scientifiquement, consiste à exposer les yeux à une lumière d’intensité et de spectre lumineux proche de la lumière solaire de façon quotidienne et pendant une durée déterminée.

A propos de la Luminette

Appareil technologique haut de gamme, la Luminette est une paire de lunettes qui, par la combinaison d’une source lumineuse et d’un hologramme à la matrice brevetée, permet d’augmenter le nombre de rayons lumineux passant à travers la rétine, reproduisant ainsi les effets de la lumière naturelle. La Luminette offre les mêmes bienfaits thérapeutiques que ceux obtenus avec des appareils de luminothérapie plus lourds.

Les avantages de la Luminette ?

Pratique : fixée sur le front, au-dessus des sourcils, elle peut être utilisée par les porteurs de lunettes ou de lentilles.

Légère : elle est idéale pour les personnes actives qui peuvent faire leur séance tout en vaquant à leurs occupations.

Efficace : elle associe un mécanisme de concentration optique qui minimise les pertes de lumière entre la source et la rétine à une lumière émise par 8 LED, offrant ainsi les mêmes effets thérapeuthiques qu’un appareil de luminothérapie de 10 000 lux, beaucoup plus lourd et immobile.

Porter la Luminette pendant 20 minutes équivaut à s’exposer 30 min au soleil le matin !

Facile à utiliser : une fois la pile AAA insérée dans la branche gauche de la Luminette, il suffit de revisser le capuchon et la Luminette fonctionne.


Prix public TTC : 249 €

Renseignements et commandes ou essais en ligne sur le site Luminette : www.luminette.be

Liste des points de ventes en France : www.luminette.be/trouver-un-revendeur/

L'importance de l'environnement

Un chercheur français, Patrick Froguet a apporté des données décisives sur l'importance relative des gènes et de l'environnement. Il a montré en étudiant sur trois générations une famille ayant les mêmes prédispositions génétiques, l'importance majeure et prédominante de l'environnement : avec les mêmes gènes, la première génération est en parfaite santé, la seconde est à risque et la troisième est diabétique!

(source Vivre mince, mieux, plus longtemps, Ed. First)

Contact

Eat well, be Fit !

by Catherine Malpas

Coach en Stratégie Nutritionnelle

Praticien de Santé Naturopathe

Diplômée IFN

(Institut de Formation Naturopathique)

Certifiée OMNES n° 1251

 

Conférencière certifiée,

membre de l'AFCP

 

 

RC Pro : Axa Assurances Iard Mutuelle n° 5930618504

 

Pour prendre rendez-vous :

(+ 33) 06 07 24 25 08

 

6, avenue Alphonse XIII

75016 Paris

Métro La Muette ou Passy

 

Vous pouvez également utiliser ce formulaire de contact.

Association Française des Conférenciers Professionnels

Horaires : du lundi au vendredi, de 9h à 18h30 (sur RDV uniquement)